Forbach : « Le conciliateur de justice règle les différends à l'amiable »

Forbach : « Le conciliateur de justice règle les différends à l’amiable »

Dimanche 29 avril 2018, par LE DIOURON

Retraité des mines, Pascal Schuster, 60 ans, officie comme conciliateur à la Maison de justice et du droit de Forbach depuis 12 ans. Son rôle : aider les gens à régler leurs différends à l’amiable pour éviter l’action judiciaire. Le Républicain Lorrain du samedi 28 avril 2018.

Forbach pascal schuster

Pascal Schuster occupe le poste de conciliateur à la Maison de justice de Forbach depuis 12 ans. « Avant tout, il faut être à l’écoute des gens. » Photo Josette BRIOT

« Je suis en poste depuis 12 années, indique Pascal Schuster, conciliateur à la Maison de justice et du droit (MJD) de Forbach. Tous les deux ans, la présidente de la Cour d’appel demande si on veut être reconduit dans nos fonctions. »

120 cas par an

Début 2018, le Forbachois a accepté de renouveler une nouvelle fois son contrat. « Je suis un habitué de la Maison de la justice du Wiesberg, j’ai acquis une certaine expérience et j’aime ce que je fais ici », confie ce retraité de la mine, heureux de se mettre au service des autres. « Sur la Moselle, nous sommes une trentaine de conciliateurs. »  
Le conciliateur de la MJD traite environ 120 cas par an. « Je gère essentiellement les différends entre personnes. On vient surtout me voir pour des problèmes de voisinage, des litiges concernant des baux de location, un peu de copropriété et beaucoup de consommation, surendettement, crédits avec les banques, les prêts d’argent au sein des familles », rapporte Pascal Schuster. « Par contre tout ce qui concerne la téléphonie et internet a disparu. »
Son rôle, « avant tout, c’est d’être à l’écoute. De proposer des solutions amiables pour éviter l’action judiciaire. On est dans l’humain, on entre dans la vie des gens. »
Une grande part des litiges s’arrangent en conciliation.

Le contrat d’accord vaut jugement

L’an dernier, 13 contrats d’accords ont été signés dans le bureau du conciliateur. « Cela vaut jugement. Ce sont des documents qui sont déposés au tribunal, avec un numéro de rôle. » Souvent, le désaccord se règle par une poignée de mains entre les deux parties. « Quand on arrive à ce stade, c’est déjà très bien », sourit Pascal Schuster.
Nouveauté depuis un an, « toutes les affaires inférieures à 4 000 euros de préjudice doivent passer par la conciliation avant qu’un juge ne puisse l’accepter. »
Pour mener à bien sa mission, Pascal Schuster suit régulièrement des formations. « Mi-mai, je serai en stage à l’École de la magistrature pour être formé sur le droit à la consommation avec des juges de tribunaux d’instance. Ces échanges sont toujours très intéressants. »
Le conciliateur reçoit sur rendez-vous deux fois par mois à la Maison de justice et du droit de Forbach, 8, avenue de l’Europe. Tél. 03 87 88 66 66 

Plus d’informations :
https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-forbach/2018/04/27/forbach-le-conciliateur-de-justice-regle-les-differends-a-l-amiable?preview=true