Nancy : les conciliateurs offrent la médaille d'honneur de Conciliateurs de France à leur magistrate référente

Nancy : les conciliateurs offrent la médaille d’honneur de Conciliateurs de France à leur magistrate référente

Mercredi 13 décembre 2017, par LE DIOURON

Président de l’association des conciliateurs de justice de la cour d’appel de Nancy, Jean-Michel JUNK a profité du rassemblement de ses collègues, le jeudi 30 novembre dernier à l’occasion de leur assemblée générale annuelle, pour remettre la médaille d’honneur de Conciliateurs de France à Bénédicte MANTEAUX, Vice-Présidente de la Cité Judiciaire de Nancy. Une cérémonie de sympathie empreinte de beaucoup de simplicité, illustration chaleureuse des liens de confiance et de proximité noués par les conciliateurs nancéens avec leur magistrate référente. Jean-Michel JUNK lui a adressé ses compliments et dit toute sa reconnaissance et celle de ses collègues en lui remettant médaille et gerbe de fleurs pour la circonstance.

Nancy la médaille de CDF à Bénédicte MANTEAUX

Le guide de la conciliation, que la magistrate nancéenne a rédigé et actualisé ces trois dernières années en étroite complicité avec sa collègue du tribunal d’instance de Bar-le-Duc, Catherine BUCHSER-MARTIN, témoigne de l’intérêt qu’elle porte aux conciliateurs et à la résolution amiable des litiges.

« La conciliation aux premières loges »

« S’il est un projet dont je suis fière et qui me tient à cœur, c’est celui de la conciliation. Tout ce que j’ai pu entreprendre à ce sujet a été dicté par ma volonté de la mettre à sa juste place dans le processus judiciaire. Et cette juste place, c’est aux premières loges. » a confié Bénédicte MANTEAUX aux conciliateurs nancéens. La conciliation doit être présente en amont pour permettre aux citoyens de réapprendre à se parler pour éviter les conflits ou les régler ».

« Un état d’esprit »

Ses confidences en disent long de ses convictions et de l’intérêt qu’elle porte pour cette démarche qui doit être présente au cœur du processus judiciaire, insiste-t-elle, « comme un état d’esprit de tous les acteurs qui accompagnent les justiciables ». La conciliation a toute sa place à l’issue du procès. « Au lieu d’un jugement qui s’impose artificiellement aux plaideurs puis qu’émanant d’un tiers et fondé sur le droit, parfois injuste souvent implacable, il faut, insiste sans relâche la magistrate, dire et redire cette alternative ouverte à tous : trouver entre les parties l’accord qui lui est le plus adapté ».
« Arriver à sortir de son conflit par une conciliation, une médiation, poursuit Bénédicte MANTEAUX, c’est faire preuve de maturité, de responsabilité, d’humanité ; c’est travailler durablement pour l’avenir. »

Plus d’informations :
Nancy Mme Bénédicte MANTEAUX médaille dec 2017