Ouest-France Rennes : La conciliation, une « justice douce » qui démine les conflits

Ouest-France Rennes : La conciliation, une « justice douce » qui démine les conflits

Mercredi 28 mars 2018, par LE DIOURON

La ministre de la Justice a rendu hommage récemment aux conciliateurs de justice qui exercent « une mission noble ». L’activité de ces auxiliaires de justice n’est pas très connue. Mais ce sont, affirme Jean-François THONY, procureur général, « des juges de paix qui aident les gens en leur apportant une solution acceptée par tous. » L’association des conciliateurs de la cour d’appel de Rennes a fêté les 40 ans de la conciliation, hier mardi 27 mars , au Parlement de Bretagne.

Rennes les 40 ans de la conciliation à la ocur d appel 27 mars 2018

Jean-François THONY, Procureur Général près la cour d’appel de Rennes et Théo LE DIOURON, président de l’association des conciliateurs de la cour d’appel , %Marier Pierre ROLLAND Secrétaire Générale et Raymonde LETOURNEUR-BAFFERT magistrate coordinatrice

Les conciliateurs sont là pour déminer les litiges afin d’éviter un passage devant le tribunal. Ils sont 174 sur le ressort de la cour d’appel de Rennes (Bretagne et Loire-Atlantique). Tous bénévoles, ils ne manquent pas de travail. Edition Ouest-France du 28 mars 2018.

Accord entre les parties

« En 2017, ils ont reçu 20 615 personnes dans les quelque 300 permanences », rappelle Théo LE DIOURON, président de l’association des conciliateurs de justice de la cour d’appel de Rennes, réunie hier au Parlement de Bretagne. Ils ont tenté de régler 14 150 litiges.
Avec un bon taux de réussite. Deux fois sur trois, un accord est conclu entre les parties. .Loyers impayés, problème de clôture…

Une justice douce

Les conciliateurs œuvrent pour une justice de proximité, « une justice douce ». On peut faire appel à eux pour des conflits qui, mine de rien, peuvent empoisonner notre quotidien.

« Une haie trop haute, un problème de clôture, des loyers impayés, des logements dégradés… Nous gérons aussi de plus en plus des litiges de la consommation : des travaux mal faits, une livraison qui n’arrive pas, une facture non conforme au devis… », détaille Théo Le Diouron. Un rendez-vous est fixé dans un délai de 15 jours à un mois.
*
Plus d’informations :
https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-la-conciliation-une-justice-douce-qui-demine-les-conflits-5649662