Union syndicale des magistrats : "Le justiciable va être le premier à pâtir de ces réformes"

Union syndicale des magistrats : "Le justiciable va être le premier à pâtir de ces réformes"

Vendredi 16 février 2018, par LE DIOURON

Virginie Duval, présidente de l’Union syndicale des magistrats, a expliqué, jeudi sur franceinfo, les motivations des avocats, juges et greffiers à se mobiliser contre la réforme engagée par la garde des sceaux Nicole BELLOUBET.

Réforme Paris

Des avocats devant le palais de justice de Paris, le 26 janvier 2018.

Les avocats, les juges et les greffiers sont appelés à se mobiliser, jeudi 15 février, contre la réforme engagée par la garde des Sceaux Nicole Belloubet. Pour Virginie Duval, présidente de l’Union syndicale des magistrats (USM), cette réforme va "éloigner le juge" du justiciable qui sera "le premier à en pâtir". Nicole Belloubet avaient annoncé début octobre le lancement d’une vaste consultation visant à préparer une réforme judiciaire fondée sur cinq grands chantiers : le numérique, la procédure civile, la procédure pénale, l’efficacité des peines et l’organisation territoriale.
franceinfo : Vous dénoncez la méthode employée par la garde des Sceaux, que lui reprochez-vous ?
Virginie Duval : On a eu une pseudo-concertation depuis plusieurs mois, mais on sait de toute façon où vont mener ces concertations puisque ces projets étaient déjà dans le programme présidentiel. On a des réformes à visée purement gestionnaire. Et c’est cela qui est contesté aujourd’hui.
Comme la réforme de la carte judiciaire ?
La carte judiciaire, effectivement, c’est se conformer à une gestion sans prendre en compte la question de l’accessibilité de la justice, de la cohérence et de la lisibilité pour le justiciable. Il y a donc beaucoup de contestation parce que le justiciable sera le premier à pâtir des réformes qui se profilent.

Plus d’informations :
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/mobilisation-des-juges-et-des-avocats-le-justiciable-va-etre-le-premier-a-patir-de-ces-reformes-selon-un-syndicat-de-magistrats_2612014.html